À quoi pourrait vraiment ressembler la « saison COVID » ?

Ceci est un extrait de Second Opinion, un résumé hebdomadaire de l’actualité de la santé et des sciences médicales. Si vous n’êtes pas encore abonné, vous pouvez le faire en cliquant ici.


Alors que vague après vague de COVID-19 nous frappe, l’espoir est que nous atteindrons finalement un point où la saisonnalité du virus rendra la pandémie plus facile à prévoir et à surmonter.

Mais avec l’émergence de nouvelles variantes hautement contagieuses et provoquant des poussées dans le monde à différents moments, allons-nous bientôt atteindre une « saison COVID » régulière ?

La pandémie n’a pas suivi une tendance claire au Canada, les vagues frappant de façon erratique à travers le printemps, automne Oui l’hiver au cours des deux dernières années et demie, en grande partie en raison de la levée des mesures de santé publique et de nouvelles variantes qui menacent l’immunité contre les vaccins et les infections précédents.

  • Vous avez une question sur le coronavirus ou un conseil d’actualité pour CBC News? Écrivez-nous à [email protected]

Les différentes variantes ont également pris les pays au dépourvu à des moments inattendus (et les ont parfois complètement ratés), ce qui nous rend de plus en plus difficile de prédire quand et où les prochaines vagues de COVID frapperont.

« Soyons honnêtes, c’est le virus qui contrôle ici, pas nous », a déclaré le Dr Michael Gardam, médecin spécialiste des maladies infectieuses, directeur médical de la prévention et du contrôle des infections au Women’s College Hospital de Toronto et PDG de Santé Î.-P.-É.

“Nous sommes complètement à la merci de tout événement évolutif aléatoire qui se produit et c’est vraiment difficile à prévoir.”

Différents pays, différentes vagues

Le Canada possède actuellement un mélange désagréable de sous-variantes d’Omicron, notamment BA.1, BA.2, BA.2.12.1 et BA.2.3, alimentant une sixième vague en cours après la levée généralisée des mesures de santé publique, même si plus de 80 % des Canadiens ont été vaccinés. et environ la moitié de la population infectée.

Les États-Unis ont évité une vague majeure de BA.2 jusqu’à la fin du mois dernier, mais BA.2.12.1 devient rapidement la souche dominante dans près d’un tiers des nouveaux cas, alors que l’Europe fait également face à augmentation des sous-variantes BA.2 et la montée de BA.4 et BA.5.

C’est malgré des taux de vaccination relativement élevés, avec un peu plus les deux tiers double vaccinés aux États-Unis et plus de 70 pour cent en Europe, et des niveaux encore plus élevés d’infection antérieure.

Plus de la moitié des Américains avaient été infectés par le virus en février, selon de nouvelles données du Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.alors que Les responsables de l’UE ont signalé entre 60 et 80 % de la population européenne a eu le COVID-19.

« Ça va être de plus en plus difficile de comparer les pays … et honnêtement, même avant cela, c’était un peu difficile », a déclaré Deepta Bhattacharya, immunologiste à l’Université de l’Arizona.

“La vague Alpha a vraiment cloué le Royaume-Uni et elle ne l’a pas vraiment fait ici et je ne sais pas pourquoi. Elle a certainement été introduite ici et elle ne s’est pas propagée dans la même mesure et je ne sais pas pourquoi. Alors c’est tout Guy de choses qui le rendent très difficile à comprendre et à prévoir.

Les gens se promènent dans le quartier chinois de Toronto en mars 2021. Le Canada a actuellement un mélange désagréable de sous-variantes d’Omicron alimentant une sixième vague en cours après que les mesures de santé publique ont été largement levées. (Evan Mitsui/CBC)

L’immunité de la population pourrait atténuer les futures vagues

Un autre facteur difficile à prévoir est la façon dont l’immunité de la population changera et si les infections antérieures et les taux de vaccination élevés protégeront ou diminueront avec le temps.

Tulio de Oliveira, directeur du South African Epidemic Response and Innovation Center, a déclaré que l’Afrique du Sud avait un niveau élevé d’immunité de la population et qu’on estime que plus de 90% ont déjà été infectés, vaccinés ou les deux.

“C’est l’une des raisons pour lesquelles nous pensons que la grande vague Omicron que nous avons eue ne s’est pas traduite par un nombre très élevé d’hospitalisations et de décès”, a-t-il déclaré.

Et BA.2, bien qu’émergeant et dominant toutes les infections en Afrique du Sud, ne s’est pas traduit par un pic d’infection, ce qui était très différent en Europe, où ils ont eu une vague BA.1 suivie de BA.2. ambiance.”

Ce double coup dur des BA.1 et BA.2 d’Omicron a également durement frappé le Canada, alimentant une cinquième vague dévastatrice à la fin de l’année dernière qui s’est effilée juste au moment où BA.2 a déclenché une sixième vague plus petite en avril, mais a également augmenté nos niveaux de population. immunité.

“Vous avez le sentiment que plus il y a de personnes infectées et vaccinées, mieux vous vous en sortirez”, a déclaré Gardam.

“L’espoir est qu’il commence à devenir comme les autres coronavirus qui nous infectent chaque année et provoquent des rhumes … et finalement il est assez difficile pour le virus de proposer quelque chose d’aussi nouveau que vous n’avez jamais vu auparavant.”

En conséquence, Omicron et ses sous-variantes complètement changé le paysage de l’immunité au Canada Au cours des derniers mois.

Auparavant, le Canada était plus conforme à un pays comme la Corée du Sud en raison de nos taux de vaccination élevés et de nos niveaux d’infection antérieurs auparavant faibles, a déclaré de Oliveira, une grande partie du pays connaissant des niveaux relativement faibles de COVID pendant la pandémie.

Avec Omicron, nous ressemblions davantage à des pays comme l’Afrique du Sud et les États-Unis avec des niveaux d’immunité de la population beaucoup plus élevés, mais notre taux de vaccination élevé nous protégeait.

“Ce que cela signifie, c’est que potentiellement, à mesure que de nouvelles variantes et sous-variantes d’Omicron émergent … cela peut se traduire par un nombre relativement élevé d’infections, mais potentiellement pas un taux très élevé d’hospitalisation et de décès”, a-t-il déclaré.

“Regardez la première vague, c’était une très petite vague mais il y a eu beaucoup d’hospitalisations”, a déclaré Gardam. “Enfin, Omicron est arrivé et l’augmentation des infections était folle, mais le taux de mortalité n’a jamais été aussi élevé que lors des vagues précédentes. Nous nous efforçons donc de mieux lutter contre cela.”

HORLOGE | Les Canadiens sont invités à se faire vacciner contre la COVID-19 pour lutter contre la sixième vague :

Les Canadiens sont invités à recevoir des injections de rappel COVID-19 pour atténuer la 6e vague

Tous les signes indiquent que le Canada traverse une sixième vague pandémique, confirme la Dre Theresa Tam. Son message aux Canadiens : Portez un masque et obtenez un coup de pouce si vous êtes admissible. 2:00

Gardam a déclaré que la différence entre des provinces comme l’Île-du-Prince-Édouard et l’Ontario pendant la pandémie est que les provinces maritimes qui ont pris un covid zéro L’approche avait peu d’immunité préexistante au cours des deux dernières années.

Mais quand Omicron a frappé en décembre, il a exploité le manque d’immunité de la population de la province.

“C’était comme bang, ça y est”, a-t-il déclaré. “Et cela traverse toujours la population et pourtant nous avions des mesures plus strictes que l’Ontario et d’autres provinces, mais ils avaient toutes ces vagues différentes que nous n’avions pas.”

Comment arriverons-nous à la « saison COVID » avec des variantes qui émergent constamment ?

Bien qu’il ne soit pas clair si les nouveaux niveaux d’immunité de la population du Canada et les taux de vaccination constamment élevés empêcheront les futures vagues de virus et nous rapprocheront de la saisonnalité, il y a des signes précoces provenant d’autres pays que nous pouvons mieux prédire les vagues à l’avenir.

Tom Wenseleers, biologiste de l’évolution à l’Université KU Leuven de Belgique, a déclaré le Twitter que l’Afrique du Sud commence à montrer des signes de saisonnalité avec le COVID, qui pourrait ressembler à “une vague importante tous les six mois avec une mortalité et une morbidité importantes”.

“L’impact sur le système de santé des deux BA.2.12.1 et BA.4 et BA.5 n’est pas encore clair. Ils provoqueront des vagues d’infections, sans aucun doute, mais l’impact sur les hospitalisations et les hospitalisations ne peut pas encore être estimé. mortalité attendue… à ce moment-là », a-t-il déclaré à CBC News.

“Les premières données semblent suggérer une gravité similaire à l’Omicron d’origine en termes de taux d’hospitalisation des cas… mais il est vraiment trop tôt pour en déduire cela.”

de Oliveira, qui a dirigé l’équipe de recherche qui a identifié les sous-variantes BA.4 et BA.5 en Afrique du Sud, a déclaré qu’une diminution de l’immunité contre l’infection et la vaccination pourraient jouer un rôle dans leur propagation.

“La seule chose qui peut jouer un rôle à cet égard est simplement le moment de la vague BA.1, et c’est pourquoi nous examinons les données très attentivement”, a-t-il déclaré.

“Nous parlons d’environ trois à quatre mois après le pic de BA.1 et nous savons que c’est autour de trois à quatre mois que l’immunité de la population commence à décliner.”

Un nouveau studio de prépresse co-écrit avec de Oliveira, qui n’a pas encore été évalué par des pairs, a suggéré qu’il pourrait y avoir des “avantages de croissance” pour BA.4 et BA.5 par rapport à BA.2 en Afrique du Sud qui pourraient déclencher une autre vague, mais si cela se produira là-bas ou dans d’autres pays reste à voir.

Et d’autres variantes sont probablement à l’horizon.

“Cela semble être le comportement du SRAS-CoV-2 et je pense que nous ne devrions pas être surpris lorsque nous voyons une autre variante”, a déclaré Alyson Kelvin, virologue au Centre canadien de vaccinologie et à l’Organisation pour les vaccins et les maladies infectieuses. à Saskatoon.

“Mais il continue aussi à planifier pour eux, malheureusement, ce qui, je pense, affecte nos stratégies de vaccination … pour le moment venu. [an updated vaccine] il y a une nouvelle variante.

Les gens bravent la neige pour faire la queue pour les tests COVID-19 début janvier à Vancouver. La configuration chaotique des vagues de COVID au Canada n’a pas encore montré de signes majeurs de transmission saisonnière, mais il y a des indications que nous pourrions éventuellement y arriver. (Ben Nelms/CBC)

Bien que le schéma chaotique des vagues de COVID au Canada n’ait pas encore montré de signes majeurs de saisonnalité, certains signes indiquent que nous nous y dirigeons.

« Il y a toujours une saisonnalité associée au COVID. Cela ne veut pas dire que c’est un ajustement parfait, mais bien sûr, il y a des moments pendant les mois les plus froids au Canada où nous voyons plus de cas », a déclaré le Dr Isaac Bogoch, médecin spécialiste des maladies infectieuses au Hôpital général de Toronto.

“Espérons que cette vague s’atténue et que nous ayons un bel été devant nous… mais cela peut-il être interrompu par une variante très transmissible ? Peut-être. C’est possible.”

Gardam a déclaré que si nous examinons à long terme d’autres virus comme le H1N1, la souche de grippe qui a déclenché la pandémie de 1918, nous pouvons nous attendre à ce que le COVID-19 circule pendant de nombreuses années maintenant qu’il n’est pas possible de l’éliminer complètement, mais c’est probablement pas. . causer n’importe où près du même niveau de maladie.

“Je dois supposer que dans 20 ans, il y aura des restes de ce coronavirus avec lequel nous sommes régulièrement infectés”, a-t-il déclaré. “Mais ce n’est plus un gros problème.”

Add Comment